Avec le retour des beaux jours, gare aux tiques !

Particulièrement actives au printemps et à l’automne, les tiques restent le plus important vecteur d’agents pathogènes responsables de maladies infectieuses en Europe. Rappel des bons réflexes pour se protéger.

Les tiques sont des acariens que l’on retrouve principalement en forêt et aussi dans les jardins au printemps et en automne. En Europe, elles sont le principal vecteur d’agents pathogènes responsables de maladies infectieuses chez les hommes et les animaux. En se nourrissant du sang des animaux ou des humains sur lesquels elles se fixent, elles peuvent s’infecter en prélevant des bactéries ou des parasites, qu’elles transmettent ensuite lorsqu’elles se fixent sur d’autres “hôtes”.

Sur le même sujet

Solutions douces contre la maladie de Lyme

En France, la principale maladie humaine liée aux tiques est la maladie de Lyme, provoquée par une bactérie appartenant au groupe Borrelia burgdorferi. Face à ce risque, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) rappelle les bons gestes pour se protéger :

  • Utilisez des répulsifs, en privilégiant ceux disposant d’une autorisation de mise sur le marché.
  • Portez des chaussures fermées et des vêtements couvrants et de couleur claire (afin de mieux repérer les tiques sur la surface du tissu).
  • Évitez de marcher au milieu des herbes hautes, des buissons et des branches basses.
  • Inspectez-vous au retour de vos promenades et détachez immédiatement les tiques fixées à l’aide d’un tire-tique (n’utilisez en aucun cas de l’éther ou tout autre produit).
  • En cas de piqûre, désinfectez bien la plaie et consultez un médecin en cas d’apparition de taches rouges sur la peau (appelées érythème migrant).

Une application pour signaler la présence des tiques

L’été dernier, l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et la Direction générale de la santé (DGS) ont lancé une application pour smartphone baptisée “Signalement-Tique”.

Cette application permet aux promeneurs de signaler les piqûres de tique et de recevoir des conseils en cas de piqûres. Grâce aux signalements reçus, des cartes de présence de tiques sont élaborées permettant ainsi la mise en place d’actions de prévention ciblées. “Cela permet de savoir exactement où et quand les gens sont piqués, et étudier les variétés de tiques”, explique Jean-François Cosson, coordinateur de ce projet à l’Inra, dans les colonnes du Parisien. Une application également utile pour les promeneurs qui peuvent choisir en connaissance de cause le lieu de leur prochain pique-nique.

A lire aussi :

Témoignage : je suis revenue de l’enfer de la maladie de Lyme

Un cycliste de haut niveau freiné par la maladie de Lyme

Source
+ news
Author:

www.mafibromavie.com #news #info #fibromialgie #fibromyalgie #fibromialgia #Fibromyalgia #fibro #fibrowarrior #vie #vida #life #health #santé #salud #follow

Advertisements