Deuil : comment surmonter la perte d’un proche ?

Faire le deuil d’un proche est un processus délicat et douloureux, plus ou moins difficile selon chacun. Comment le surmonter ? Quand et auprès de qui demander de l’aide ? Valérie Sengler, psychanalyste à Saint-Mandé (94), nous explique plus en détail les étapes du deuil et comment faire pour vivre au mieux cette période difficile.

Le deuil correspond à la période suivant la perte de quelqu’un que l’on connaît. ” Cette personne peut être décédée, mais on peut également parler de deuil pour quelqu’un de vivant, dans le cadre d’un divorce, ou d’un malade d’Alzheimer par exemple “, détaille Valérie Sengler, psychanalyste dans un cabinet libéral à Saint-Mandé (94). ” Dans tous les cas, le deuil constitue le processus qui permet de réaliser que « nous deux, c’est fini ».

Quelles sont les étapes du deuil et comment se traduisent-elles ?

Le deuil de quelqu’un qui a été malade très longtemps (cancer, Alzheimer…), peut, au début, se traduire par un soulagement. Le soulagement de ne plus voir la personne souffrir évidemment. Et aussi, même s’il est parfois difficile de le reconnaître sans culpabilité, de ne plus devoir s’en occuper tous les jours. ” Après quoi, commence le vrai deuil, lorsque les bons souvenirs refont surface et qu’il ne reste en mémoires que les périodes heureuses que l’on a vécues ensemble “, explique Valérie Sengler. Lorsque le décès survient d’un coup, (accident, crise cardiaque..), la première étape est la stupéfaction. ” L’individu est alors incapable de réaliser que la personne est bel et bien morte.

Les étapes suivantes sont généralement communes :

• L’infinie tristesse : ” vous êtes comme emporté par une vague, vous sombrez “

• Puis la remontée : ” vous commencez à vous rendre compte qu’il y a encore de la joie dans votre vie “

• Cela peut également s’accompagner de colère : ” La colère est dirigée contre la personne qui vous a abandonné “.

Dans le cas d’un proche décédé, une perte d’appétit, des insomnies, une dépression, l’envie de rejoindre le défunt peuvent accompagner le deuil. ” Le mal-être que l’on vit est tellement fort, que, souvent, il faut qu’il sorte “, explique la psychanalyste. Cela peut alors se manifester par des maladies de peau, des maux d’estomac ou de tête par exemple. ” Un patient me disait avoir fait un infarctus suite au décès de son épouse. « Elle m’a brisé le cœur », ce sont ses mots.

Chaque deuil est différent

Chacun va vivre son deuil plus ou moins bien. ” Si la personne a eu une enfance heureuse, à un travail, des amis, des hobbies… Elle sera plus résiliente “. Valérie Sengler explique également que ce sont ces personnes qui vont aussi plus facilement aller chercher de l’aide pour aller mieux. En outre, le vécu du deuil variera en fonction du lien affectif avec le défunt.

Lorsque l’on perd un parent, cela est considéré comme ” normal “, c’est dans l’ordre des choses et on s’y est préparé. ” Il faut alors faire le deuil de son enfance. C’est également la première fois que l’on se dit que « le prochain ce sera moi » “, renseigne la psychanalyste. Cette perte fait donc généralement prendre conscience que l’on vieillit. Au contraire, si l’on perd un enfant, c’est quelque chose ” d’anormal “. Le couple doit alors faire face. ” Souvent ils se séparent, car rester ensemble, ce n’est pas réussir à faire son deuil. À l’opposé, ils peuvent continuer leur histoire et faire d’autres enfants “. Valérie Sengler rend compte que dans tous les cas, il y aura un avant/après.

Vers qui se tourner pour trouver de l’aide ?

À partir du moment où vous ne mangez plus, ou vous avez l’impression de manquer d’oxygène, de ne pas avancer, de pleurer tout le temps, que la souffrance est trop grande, et cela, depuis plus de 2 semaines, il important d’aller consulter un professionnel “. Avec un psychanalyste, qui peut aider à surmonter un deuil dit ” prolongé ou compliqué “, le but sera de trouver des points d’ancrage sur lesquels s’accrocher. Le patient aura un endroit où raconter son vécu avec la personne et il pourra être écouté. ” Alors que la personne est généralement « auréolée » après sa mort, la psychanalyse aura aussi pour but de continuer à faire percevoir la personne comme elle était, de décortiquer la relation et d’identifier ce qu’elle nous apportait “. Valérie Sengler explique qu’elle s’adapte à chaque individu afin de réussir à faire sortir la douleur et qu’il y est une résiliation. Cela peut, par exemple, se faire par des dessins, des lettres ou encore une petite cérémonie.

Il est également possible d’opter pour une thérapie cognitive comportementale (TCC), réalisée par un psychologue ou un psychiatre. Le problème est d’abord analysé, ses déclencheurs compris et des objectifs à atteindre sont élaborés. Ces thérapies sont fondées sur l’apprentissage de nouveaux comportements, et d’une manière plus positive de penser. Dans ce cas, le patient est plus actif, il devient un véritable acteur de sa ” guérison “.

Enfin, des associations comme Dialogue & Solidarité, Vivre Son Deuil, Apprivoiser l’Absence ou encore l’Association Nationale Jonathan Pierres Vivantes, disposent également d’un numéro d’écoute et organisent des groupes de parole pour permettre de rompre l’isolement.

Que faire si l’on est proche d’une personne en deuil ?

Si l’on est face à quelqu’un en deuil, le mieux est d’aller vers cette personne et de lui dire « je suis là, je peux tout entendre » “, conseille la psychanalyste. Selon elle, si cette personne vous explique qu’elle souffre énormément, il ne faut surtout pas lui dire que ça va passer, mais plutôt ” je sais, je ne te juge pas “. Ensuite, le plus important est d’essayer de la faire sortir de chez elle, en allant au cinéma ou au restaurant par exemple. Dans le cas où aucune amélioration ne s’observe, il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous pour cette personne, et l’accompagner. ” J’aime dire que nous sommes un cristal avec de multiples facettes. Lorsque l’on perd quelqu’un, une de ces facettes est détruite, la vie ne sera plus jamais pareille, il faut alors trouver les moyens de se reconstruire “.

À lire aussi :

Les épreuves que l’on traverse forgent la sagesse

Psycho : que se passe-t-il lorsqu’un enfant perd son animal de compagnie ?

Source
+ news
Author:

www.mafibromavie.com #news #info #fibromialgie #fibromyalgie #fibromialgia #Fibromyalgia #fibro #fibrowarrior #vie #vida #life #health #santé #salud #follow