Advertisements

Exit les nanoparticules dans les Malabar

Les fans de Malabar sont assurés de ne plus mâchouiller de chewing-gum au dioxyde de titane. La société Carambar and Co qui commercialise ces produits a déclaré que ces bonbons vendus dans le commerce sont désormais dépourvus de cet additif contenant des nanoparticules. “Nous avons enlevé l’ingrédient dioxyde de titane du produit Malabar depuis la fin 2017, ce qui veut dire que les chewing-gums vendus actuellement n’ont plus cet ingrédient, mais cela n’apparaîtra sur les emballages qu’à la fin du premier semestre 2018”, a précisé à l’AFP le président de Carambar and Co Thierry Gaillard.

La société a révisé sa recette de pâte à mâcher alors que fin janvier l’association UFC-Que Choisir a épinglé neuf fabricants de produits alimentaires et cosmétiques. L’association a déposé plainte pour défaut de transparence sur la présence de ces particules, reconnaissables sur les étiquettes par la mention “E171”. Carambar and Co ne faisait pas partie de cette liste. Pour la marque, cette stratégie s’inscrit dans une démarche de santé publique pour le consommateur avec en filigrane l’objectif de gonfler les ventes.

L’entreprise joue aussi la carte de l’éco-responsabilité et dit réfléchir à la suppression des emballages plastiques “dans les mois à venir” des confiseries qu’elle commercialise.

Des effets mal connus sur l’homme

Le dioxyde de titane (TiO2) est utilisé dans de nombreuses applications (additif alimentaire, cosmétiques, pigments), notamment pour ses propriétés d’absorption des rayons ultraviolets et son caractère colorant blanc (additif alimentaire), rappelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Ce composant se présente, au moins partiellement, sous forme de poudre nanométrique. Le consommateur en retrouve souvent dans les produits de la vie courante, et pas seulement alimentaires : bonbons, chewing-gums, chocolats, certains dentifrices, plats préparés, etc.

Problème, des questions se posent sur son éventuelle toxicité. Le dioxyde de titane serait cancérigène pour le rat. Une étude de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), a révélé que l’exposition chronique de rats au dioxyde de titane (additif E 171, partiellement nanométrique) par voie orale pourrait entraîner des lésions colorectales précancéreuses. Quid des effets sur le consommateur ? L’étude ne permet de conclure à sa toxicité pour l’homme. L’Anses a été saisie pour réaliser des travaux supplémentaires sur le sujet.

A post shared by JBB (@jb.blandin) on

A post shared by Brussels Fatshion (@brusselsfatshion) on

Lire aussi :

Les produits vegan sont-il sains ?

Trop de sucre dans les céréales pour enfants

https://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/bien-choisir-ses-aliments/decrypter-les-etiquettes/exit-les-nanoparticules-dans-les-malabar-624257

www.mafibromavie.com #news #info #fibromialgie #fibromyalgie #fibromialgia #Fibromyalgia #fibro #fibrowarrior #vie #vida #life #health #santé #salud #follow

Advertisements

Leave a Reply

%d bloggers like this: