Rhume : comment l'arrêter avant qu'il tombe sur les bronches ?

Pour arrêter un rhume, on se pose d’abord les bonnes questions.

Est-ce que je me protège bien ?

Normalement, les narines filtrent, humidifient et réchauffent l’air, établissant ainsi une barrière contre les agressions extérieures (pollution, virus, allergènes). Mais, pour qu’elles jouent pleinement ce rôle, l’air inspiré ne doit pas être trop froid, alors n’hésitez pas à tirer votre écharpe devant le nez si vous êtes sujet aux infections respiratoires.

Vous limiterez, en même temps, les risques de contamination. A l’inverse, ne chauffez pas trop votre logement (19-20 °C est idéal) : le chauffage irrite nez et gorge, tandis qu’un trop fort contraste entre l’extérieur et l’intérieur fragilise les muqueuses, qui font moins rempart contre les microbes.

Gros rhume ou grippe ?

« Le rhume entraîne essentiellement des symptômes locaux », rappelle le Dr. Benjamin Vérillaud, ORL. « Tandis que la grippe s’accompagne de symptômes plus généraux (douleurs musculaires et articulaires, grosse fatigue) ainsi que d’une fièvre généralement plus élevée (39 °C plutôt que 38°C) ».

Faut-il faire baisser la fièvre ?

Elle n’est pas toujours présente, mais quand le thermomètre grimpe un peu, ce n’est pas forcément le signe d’une infection plus grave, au contraire. L’augmentation de température est une réaction de défense de l’organisme qui l’aide à vaincre les microbes. C’est pourquoi en-dessous de 38,5 °C, il n’est pas conseillé de la faire baisser.

Pas besoin non plus de se couvrir davantage pour « transpirer » comme le conseillaient nos aïeux. On recommande même de découvrir les enfants fiévreux (à l’intérieur, bien entendu !).

Comment éviter qu’il descende dans la gorge ou sur les bronches ?

• Une supplémentation en vitamine C peut diminuer la durée et la sévérité des symptômes. On peut prendre jusqu’à 3000 mg par jour (à diminuer ensuite en pente douce), à préférer sous la forme effervescente si l’on est fragile de l’estomac.

La vitamine D participe aussi à nos défenses anti-infectieuses. Cela vaut la peine de forcer sur certains aliments (poissons gras, huiles enrichies) et même de surveiller son taux avec son médecin, car il baisse avec le manque de soleil et peut nécessiter la prescription d’un traitement.

Le zinc stimule nos globules blancs et diminue la capacité de reproduction des virus. Ce n’est pas pour rien si les experts américains le recommandent en cas d’épidémie de grippe H1N1 ! Des études ont prouvé qu’une supplémentation préventive diminuait le nombre d’épisodes infectieux hivernaux chez les enfants et les seniors. On peut prendre jusqu’à 25 mg par jour pour accélérer la guérison d’un rhume. Mais il n’est pas recommandé d’en consommer de telles doses plus de deux mois.

Le sirop de sureau noir inhibe le développement des virus et raccourcit ainsi le rhume.

A lire aussi :

Rhume : les remèdes qui ont fait leurs preuves

Rhume : 9 ordonnances homéo

https://www.topsante.com/medecine/troubles-orl/rhume-rhinopharingite/rhume-comment-l-arreter-avant-qu-il-tombe-sur-les-bronches-623296
www.mafibromavie.com #news #info #fibromialgie #fibromyalgie #fibromialgia #Fibromyalgia #fibro #fibrowarrior #vie #vida #life #health #santé #salud #follow